La marque Tonga

Qu'est ce que Tonga ?

  • Arlette Schlegel Liébert, vous êtes aujourd’hui une créatrice reconnue dans le monde de la puériculture avec votre marque tonga®.
    Quel a été votre itinéraire ?

    Comme toutes les jeunes mamans, j’ai porté mes deux garçons assez facilement pendant les neuf premiers mois et puis… ça s’est compliqué ! Quelques instants après sa naissance, un poulain se dresse sur ses quatre pattes et commence à marcher. Le petit d’homme est moins pressé ! Avant de pouvoir « prendre un enfant par la main », il y a de longues heures de portage, dans des situations très diverses, qui vont de l’allaitement au supermarché, en passant par les cent pas dans l’appartement pour endormir bébé, la balade en plein champ et toute la variété des files d’attente de la vie urbaine…

  • Porter un enfant, ce n’est pas seulement une dure nécessité…?

    Non, bien sûr ! Le portage, c’est aussi un moment d’intimité corporelle avec son enfant, les mots doux susurrés à l’oreille, les bisous, la tendresse. C’est aussi un temps de communication privilégié pendant lequel, mon enfant étant en sécurité contre moi, à hauteur de mon regard, je peux lui montrer le vaste monde !

  • Il y a les poussettes ?

    Oui, et l’invention de la poussette-canne par l’Anglais Maclaren, en 1965, poussette enfin légère et repliable, a été une vraie révolution pour les mamans des villes (et les papas). Mais il reste un nombre d’heures important pendant lesquelles on a son enfant « sur les bras » parce qu’on ne peut pas faire autrement, parce que ce n’est pas l’heure de promener bébé au ras des pots d’échappement, etc. Ou simplement parce qu’on a envie de descendre prendre un café au bar du coin ou acheter sa baguette ou son journal sans s’encombrer d’une poussette, et que, faut-il le rappeler, on ne laisse JAMAIS un bébé seul dans une maison, ne serait-ce que deux minutes…

  • D’où votre révolution à vous, le porte-bébé tonga® ?

    D’un séjour au Togo, dans les années 70, j’avais rapporté ces images colorées et chaleureuses de mères africaines si actives avec leur dernier-né accroché dans le dos. Mais je cherchais un autre moyen de portage qui me permettrait de voir mon enfant et de lui parler, de poursuivre ce dialogue et ce corps à corps de la toute petite enfance et un peu au-delà. J’eus une vraie révélation – ça ressemble à révolution, non ? - en découvrant une sangle végétale, manufacturée par des Indiens. J’ai continué en tâtonnant, ficelle, tissu, aiguilles, jusqu’à l’évidence : la technique du filet, léger parce qu’aéré, extensible mais résistant, m’offrait la solution que je cherchais. Fervente de la mer et de la voile, le matériau m’était familier. Bébé serait bien accroché, assis sur ma hanche et sanglé à mon épaule, me laissant une main libre. Car tonga® préserve aussi mon autonomie

  • Comment passer à la production industrielle ?

    Je cherchai d’emblée un fabricant industriel en France. L’exemple d’un père industriel, ma formation de sociologie, m’y incitèrent sans doute. Un vieux monsieur, qui produisait des filets pour la pêche, pour l’alimentation, le sport, des filets de protection, s’intéressa à ma recherche sans en connaître la finalité exacte. Je pus ainsi étaler un jour une dizaine de filets colorés sur mon lit. Mon porte-bébé était né. Restait à trouver son nom et c’est un ouvrage de l’ethnologue Leroi-Gourhan qui m’entraîna vers l’Inde et le mot « tonga », qui devint une marque déposée en 1976. Nonobstant son nom exotique, mon porte-bébé, qualifié désormais d'"aide au portage" ou d’"appoint" par les nouvelles normes européennes, reste à ce jour 100% made in France car il est totalement produit en Normandie sous licence. J’y tiens beaucoup, même si je suis régulièrement sollicitée par des producteurs asiatiques. Mais d’être fabriqué en France n’empêche pas tonga® de « cartonner » au Japon, entre autre et d'être presque difficile à trouver en France.

  • Votre porte-bébé a évolué ?

    Oui. Fabriqué d’abord en une puis deux tailles, il en a désormais cinq. Il devient règlagble puis s’élargit pour mieux répartir la charge sur l’épaule. Il est proposé en de nombreux coloris dont l'arc en ciel dont j'ai longtemps rêvé. Je viens de lancer début 2014 un nouveau modèle, le 2Zano®, un « sling », compromis entre l’écharpe, plus sécurisante pour certaines mamans, très à la mode, mais complexe à draper et à nouer autour de bébé, et le tonga® classique qui reste le modèle le plus vendu, celui qu’on sort de sa poche ou de son sac à main quand on en a besoin.

  • Vous êtes donc une créatrice heureuse ?

    Oui, car mon travail a été reconnu par l’Agence pour la Création industrielle,(l'APCI) en 1986 ce qui m’a permis d’être distribuée par le Centre Pompidou. tonga® a même traversé l’Atlantique pour être présenté au MOMA de New-York. Des pédiatres comme Aldo Naouri l’ont salué, d’avoir « restauré le corps à corps du bébé avec sa mère » (1). Restent, pour cette entreprise, à faire face au défi permanent de la concurrence - voire de la contrefaçon – et à s’adapter à l’économie numérique et mondialisée. Mais quel bonheur aussi d’imaginer tous ces enfants devenus grands et portés pendant quelques précieux mois – parfois jusqu’à deux, trois ans voir plus ! - par mon « petit filet » et qui a leur tour portent ainsi leurs enfants comme mon fils par exemple ! Le plus difficile maintenant reste de tracer le futur...


    Propos recueillis par Pierre-Michel Robert

    (1)l'enfant bien portant.les fondamentaux - Dr Aldo Naouri - Odile Jacob - 2010





    Qualité et conformité

  • la qualité
  • Les porte bébé de Tonga® à tailles ou réglables sont traités avec un coton de très bonne qualité, soigneusement choisi.

    Étant en coton, les porte-bébé bougent un peu au lavage et le mieux est encore de les laver à froid. Le coton a le label Oeko-Tex Standard 100. Il en résulte que les conditions en vigueur et en respect avec l'écologie humaine stipulées dans les standard sont respectés. Les articles certifiés satisfont aux exigences concernant l'utilisation des colorants azoïques de la législation européenne. Les couleurs ne sont pas toxiques et traitées grand teint:elles ne déteignent pas à la transpiration. Il peut être agréable au début de faire un rinçage à l'eau tiède pour éliminer l'apprêt nécessaire à la fabrication.

    A l'égard de l'environnement tout est réfléchi. Le packaging est le plus réduit possible pour ne pas encombrer nos poubelles et totalement réalisé en papier recyclé.

  • la conformité
  • Les porte-bébé de Tonga® sont régulièrement testés en laboratoire. Ils sont conformes à l'examen de type de la norme européenne 13209-2005. dont les contraintes sont un portage de 3,5kg à 15kg soit environ un enfant de 3ans.

  • les priorités
  • Tonga® est une marque déposée, française et internationale. Les porte bébé Tonga® s'inscrivent dans des modèles déposés à l'international. L'intégralité de la fabrication est assurée en France.

    L'entreprise a été crée en 1976 pour commercialisér les différentes créations d'Arlette SCHLEGEL LIEBERT.



    © 2005 Tonga - Entreprise en nom propre
    127, Rue Amelot - 75011 Paris - France - Tel: 01 42 78 82 51 - email: contact@tonga.fr - Siren 311 096 655 - RC 74 A 63 63 - RM 741063630